Pauvreté infantile : des indicateurs pour identifier les situations à risque [hr]

Dans le cadre du jumelage européen « Ensemble contre la pauvreté des enfants » entre la France et la Croatie, le ministère croate de la Démographie, de la Famille, de la Jeunesse et des Politiques sociales a présenté le 20 septembre dernier à Zagreb une série d’indicateurs qui doivent permettre d’identifier le plus tôt possible les cas où des enfants et leurs familles sont exposés au risque de pauvreté.

Des indicateurs pour construire une société plus équitable

« La pauvreté infantile et la transmission intergénérationnelle de la pauvreté a de nombreuses conséquences, non pas seulement pour les personnes concernées, mais pour l’ensemble de la société », a souligné Marija Pletikosa, secrétaire d’Etat à la Démographie, à la Famille, à la Jeunesse et aux Politiques sociales, et cheffe de l’équipe croate du jumelage. « Par le développement de nouvelles méthodes et de nouveaux outils pour évaluer le risque de pauvreté, d’une part, et par la mise en place de programmes efficaces de prévention, d’autre part, il est possible d’améliorer les conditions de vie des populations les plus vulnérables, afin de construire une société plus équitable pour l’ensemble des générations. »

Les indicateurs permettant d’évaluer le risque de pauvreté auquel sont exposés les enfants en âge d’être scolarisés et leurs familles en Croatie sont le résultat d’une recherche conduite par l’équipe-projet du Ministère, en coopération avec des experts français et l’institut d’études GfK. Cette recherche avait pour objectif de recueillir des données auprès des travailleurs sociaux, du personnel scolaire et des médecins – individus qui, de par leur métier, sont en mesure d’identifier les cas de familles et enfants exposés au risque de pauvreté.

JPEG

Il en ressort que ce sont les données quantitatives (emploi, revenu, endettement…) qui permettent le mieux d’identifier le risque de pauvreté – plus que les indicateurs directement relatifs aux enfants (apparence, résultats scolaires, activités extrascolaires), qui arrivent en dernière position.

Un nouvel outil opérationnel pour identifier les situations à risque

« Le questionnaire devrait être intégré en tant que tel à la base de données du ministère, afin qu’il soit utilisé pour diagnostiquer le risque de pauvreté le plus en amont possible, et permettre une réaction rapide des services sociaux », a expliqué Christian Moutier, expert français mobilisé sur le projet. « Le questionnaire a été conçu pour les travailleurs sociaux, mais il sera également proposé aux services éducatifs et de santé – qui sont en contact direct avec la population exposée au risque de pauvreté, et à qui le questionnaire peut être utile pour déterminer de façon objective le risque d’exposition à la pauvreté de certaines familles ou enfants, dans un but préventif ».

Une table ronde a ensuite permis à l’équipe-projet de revenir sur les premiers résultats du projet, lancé en janvier 2017, et ses prochaines étapes. Ivana Lučev, de l’équipe-projet du Ministère, et Christian Moutier ont notamment pu présenter les résultats de l’enquête sur l’usage des avantages et services sociaux par les bénéficiaires, étude conduite dans les centres sociaux de 13 villes croates.

L’ensemble de ces travaux ont été réalisés dans le cadre du jumelage « Ensemble contre la pauvreté des enfants » entre la France et la Croatie, financé par l’Union européenne à hauteur de 1,1 M€. Ce projet vise au renforcement des capacités institutionnelles du système de protection sociale croate, afin d’améliorer le ciblage des politiques sociales et réduire la pauvreté. Il est mis en œuvre par le ministère croate de la Démographie, de la Famille, de la Jeunesse et des Politiques sociales, en coopération avec le gouvernement français. Sa gestion est assurée par Expertise France.

En savoir plus :

- voir le communiqué en anglais (Word - 239.7 ko)

Dernière modification : 10/10/2017

Haut de page